Bien Vivre Avec Soi-Même...
Élever des Enfants sans Perdre la Boule (pdf), par Lucien Auger
37,95$


extrait de l'introduction:

    Si vous avez acheté ce livre, vous avez probablement un ou des enfants, ou vous songez à en avoir. Vous avez été attiré par le titre et vous avez cru que ces pages pourraient vous aider dans votre tâche de parent. Pourtant, les livres portant sur l'éducation des enfants ne manquent pas sur le marché. Depuis l'antiquité, certains parents ou même certains non-parents ont tenté de consigner par écrit les réflexions dont ils ont cru qu'elles pourraient être utiles à d'autres parents. Ce déluge de mots doit avoir quelque raison: si on parle autant d'une chose, n'est-ce pas parce qu'elle est fort préoccupante et parce que personne ne sait trop bien comment s'y prendre? Il me revient en mémoire cette boutade d'un certain spécialiste de l'éducation des enfants, dont le nom m'échappe et qui, consulté par une dame sur l'éducation de son fils, lui répondit: “Faites n'importe quoi, vous vous tromperez encore!”

    Il faut bien reconnaître que l'éducation des enfants demeure encore plus un art qu'une science précise. On peut énoncer un certain nombre de grands principes, mais il convient toujours de les assortir d'exceptions, de variantes.

    Nous sommes dans le domaine du vivant et le vivant se présente à nous dans une variété de nuances quasi infinie. Il va de soi que tous les enfants ne sont pas pareils et l'expression "enfant exceptionnel” m'a toujours fait sourire: tous les enfants sont exceptionnels, en ce sens qu'aucun d'entre eux ne s'ajuste parfaitement à quelque modèle préconçu. Il en va d'ailleurs de même pour les parents qui, eux aussi, varient dans leurs caractéristiques personnelles. Parler de vie, c'est tout de suite parler d'instabilité, de mouvement. Cet être que vous avez, mis au monde change presque continuellement, comme vous d’ailleurs. On peut sans doute discerner chez lui certaines tendances plus stables, certains traits plus constants, mais tout cela est bien relatif et sujet à changements. Quel parent n'a pas été surpris, voire même estomaqué, par les fureurs soudaines d'un fils “habituellement" calme ou les abattements inattendus d'une fille “habituellement'' enjouée'?

    Les êtres humains, comme tous les animaux, ne possèdent pas la stabilité du roc. Ils se meuvent, changent, “passent par des phases", avancent, reculent, changent d'attitudes et d'idées à une allure bien souvent endiablée ou au contraire avec une lenteur qui peut sembler désespérante.

    Pour faire face de façon constructive à cet être changeant et mobile, la plupart des parents demeurent lamentablement mal préparés. Les écoles s'acharnent encore à enseigner une foule de notions et de connaissances dont l'utilité pratique est pour le moins discutable quand elle n'est pas carrément absente, mais ce n'est que timidement qu’on voit s'introduire dans les programmes scolaires un enseignement sur la manière de s'y prendre avec les êtres humains. Au niveau de l'éducation permanente, on trouve plus de cours de tissage et de macramé - activités fort louables au demeurant — que d'essais visant à faciliter aux parents une réflexion utile et constructive sur une tâche à laquelle, compte tenu de la longueur de l'enfance humaine, ils vont s'exercer entre dix-huit et trente ans ou même davantage.

    Le présent volume présente certaines caractéristiques qui le distinguent des autres ouvrages portant sur le même sujet. D'abord, il ne traite pas seulement de l'éducation du jeune enfant, mais aussi et surtout de celle de l'enfant plus âgé et de l'adolescent. Il ne manque pas de livres concernant l'éducation de l'enfant en âge préscolaire, mais ils se font plus rares pour la période de six à douze ans et, pour l'adolescence, c'est presque le désert, comme si les auteurs avaient désespéré d'y voir clair dans cette phase tumultueuse. Pourtant, n'est-ce pas à cette période qu'il serait le plus utile pour les parents de réfléchir lucidement à leur tâche d'éducateurs? (...)  

    Il y a déjà bon nombre d'années que l'éducation des enfants me préoccupe. J'ai consacré quelques années de ma vie à enseigner le français, le latin et même le grec (quelle affaire!) à des adolescents. De plus, avant de m’orienter plus nettement vers la psychologie, j'ai touché longuement à la philosophie et ma thèse de licence portait sur Émile de Jean-Jacques Rousseau, un classique de la pensée pédagogique au 18e siècle, ce qui explique le petit coup de chapeau que j'adresse, en exergue, à ce vieux maître.

    Depuis que j'exerce la profession de psychologue consultant, j'ai pu constater que l'éducation des enfants et des adolescents était souvent au cœur des préoccupations des personnes qui me consultaient. J'ai fréquemment abordé ce domaine dans des conférences devant des groupes de parents et d'éducateurs, de même que dans la formation d'aidants non-professionnels. Ces nombreux contacts m'ont permis de mieux formuler mes idées et de redécouvrir des questions qu'une réflexion solitaire ne m'aurait sans doute pas permis d'élucider.

    Enfin et surtout, j'ai participé et je participe encore activement à l'éducation des cinq enfants que mon épouse à mis au monde, et dont les âges s'échelonnent maintenant entre seize et vingt-quatre ans. Ils ont été et constituent encore l'école d'apprentissage la plus valable, même si elle demeure aussi la plus rude, au métier de parent.   

    -Lucien Auger, Introduction du livre Élever des Enfants sans Perdre la Boule